La Fédération Nationale des Samu Sociaux (FNSS) avec l’appui de la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS) ont lancé une étude nationale des besoins sur le sans-abrisme les 14 et 15 janvier 2020. Cette étude avait notamment pour objectif de changer les représentations autour du sans-abrisme dans la société et donner des clés aux décideurs qui détiennent la gouvernance des moyens de lutter contre.

L’étude s’est adressée à tous Samu sociaux et toutes maraudes de France métropolitaine et des DOM, quelle que soit la composition des équipes. Elle étude a recueilli la participation de 39 départements dans 12 régions pour 707 questionnaires passés auprès des ménages rencontrés. Les conclusions sont édifiantes avec notamment:

  • Une majorité d’hommes isolés de 25 à 45 ans avec des problématiques de santé somatique et addictologique
  • Le non-recours au 115 particulièrement important
  • Le 115, facteur d’exclusion des personnes sans-abri sans téléphone
  • Le non recours s’accentue avec l’âge et le temps à la rue
  • Des demandes faites auprès des maraudes centrées sur l’écoute et les besoins primaires

Au regard de ces conclusions, il s’avère que plus le temps passé dans la rue est important, plus le non-recours augmente. Il importe donc d’agir pour le prévenir. Dans l’état actuel du dispositif, la FNSS et la FAS tiennent à souligner plusieurs points essentiels concernant les maraudes :

  • Arrêter de considérer essentiellement les maraudes comme une réponse aux besoins primaires. Au regard du non-recours observé, considérer les maraudes comme un acteur principal de la mise en place du service public de la rue au logement en pérennisant les équipes et renforçant les maraudes bénévoles afin de pouvoir accompagner les personnes vulnérables en rupture et éloignées de toute forme de lien.
  • Renforcer la dimension santé des maraudes en permettant le recrutement de personnel soignant au sein des équipes ou une meilleure articulation avec les dispositifs de soins, et notamment les ARS.
  • Mener collectivement (associations, personnes accompagnées, collectivités, État) une réflexion sur une évolution du 115 au regard de la fracture numérique et « téléphonique » observée avec une mise en perspective de l’évolution des missions des maraudes et plus généralement des dispositifs de veille sociale.

La FNSS et la FAS remercie sincèrement l’ensemble des équipes des Samu Sociaux et maraudes qui ont participé et donné du temps à cette étude.

Vous pouvez retrouver l’étude nationale maraudes et Samu Sociaux sur le sans-abrisme :