Auteur : FNSS (Page 1 sur 4)

Les Samu Sociaux en appellent à un choix de société fondé sur l’universalité de l’accès aux droits fondamentaux

 

Dans quelques jours, nous serons appelés aux urnes pour dessiner la société des cinq prochaines années. Pour nous, professionnels et bénévoles intervenant auprès des personnes contraintes de survire à la rue, pour nous, témoins quotidiens de la détresse d’hommes, de femmes et d’enfants privés de la sécurité minimale, ce vote sera décisif.

Les personnes que nous rencontrons sont aujourd’hui condamnées à vivre à la rue car il leur est expliqué qu’il y a plus vulnérable qu’eux. Chaque jour est pour elles un combat pour moins que le minimum : s’alimenter, se doucher, ne pas se faire agresser ou voler, se domicilier, accéder à des ressources, à l’école…

Nous pouvons en attester : celles et ceux que nous accompagnons ressemblent à l’ensemble de la société. Tout un chacun peut rencontrer un accident dans sa vie, un drame, synonyme de difficulté ou, pire, de rupture. Fidèles à nos valeurs humanistes d’égalité, de fraternité et de solidarité, nous allons et continuerons d’aller à la rencontre des toutes les personnes vivant à la rue pour qu’elles accèdent à leurs droits, quel que soit leur profil, leur parcours.

Imaginer que cet accès, pour les uns, dépendrait de la relégation des autres (en particulier les non nationaux) constitue sans conteste une impasse. Les pays qui ont commencé à le faire, comme la Hongrie ou l’Italie, n’ont en rien résolu la question de leur insécurité, de leurs déficits sociaux. L’impuissance de ces mesures s’est immanquablement traduite par l’affaiblissement des libertés fondamentales de l’ensemble des concitoyens. Les boucs émissaires d’un jour (les étrangers) sont rejoints par d’autres le lendemain (les « assistés »).

Convaincus de cette impasse, nous sommes aussi lucides face à la colère et au désenchantement que traverse le pays. Pour nous cette colère est légitime et nous la partageons, témoins d’une souffrance, au quotidien, qui n’ont que trop duré. Cette élection, inattendue dans sa temporalité, est ainsi une occasion historique d’apaisement. Car les solutions existent.

Pour nous, experts des questions de sans-abrisme et de grande exclusion, cet apaisement n’a qu’une voie possible : l’engagement des candidats en faveur d’un respect effectif et universel des droits fondamentaux (droit à l’hébergement, au logement, à la santé, à l’éducation, aux droits sociaux). La Fédération défend ainsi un choix de société qui fonde son unité sur un accès universel aux droits.

Il est nécessaire de sortir de l’idéologie, des idées reçues, de l’intention et du court-termisme pour construire une politique se fixant des objectifs précis et mesurables, en pleine conscience des enjeux géopolitiques, écologiques et sociaux du moment.

Révulsés par le fait de savoir qu’on puisse encore mourir dans les rues de France en 2024, nous, bénévoles, professionnels des Samu Sociaux de France, avec les personnes que nous rencontrons chaque jour, appelons les candidats à l’élection législative à s’engager en faveur d’un choix de société de cohésion, de justice sociale et de responsabilité. Cette élection est une occasion sans précédant de résilience en refondant la République sur le respect de l’universalité et de l’effectivité des droits fondamentaux.

Publication de l’étude nationale maraudes 2023

La FNSS publie l’enquête nationale maraudes 2023. Cette étude, fruit de la capitalisation de données d’activité existantes sur les différents territoires, donne à voir le profil des maraudes existantes ainsi que des données relatives aux publics rencontrés par les 119 équipes ayant participé à cette étude.

Ainsi, en 2022, les Maraudes et Samu Sociaux de France ayant répondu à cette enquête sont entrées en contact à plus de 400 000 reprises avec des personnes à la rue. Elles ont rencontré plus de 55 000 personnes différentes : 78% d’entre elles sont des personnes isolées (hommes seuls et femmes seules) et 23% sont des femmes.

Le focus proposé cette année sur la santé psychique des personnes à la rue montre « combien l’absence d’hébergement et de logement a des conséquences délétères sur la santé psychique des personnes à la rue, générant de l’angoisse, accentuant les symptômes et mettant à mal les suivis en termes de santé ».

Dans les préconisations liées à l’enquête, la FNSS rappelle que la lutte contre le sans abrisme passe en premier lieu par l’accroissement de l’offre de logements à loyer modéré, en augmentant les marges financières des bailleurs sociaux et en soutenant l’encadrement des loyers. Ces logements font aujourd’hui défaut dans la plupart des grandes villes de France, faute de politique ambitieuse en ce sens. A défaut et en urgence, il importe d’augmenter le parc d’hébergement, à la hauteur des besoins et de renforcer les équipes de Maraudes et Samu Sociaux.

Les maraudes et Samu Sociaux de France ne peuvent pas s’habituer à voir prioriser tel ou tel enfant, tel ou tel adulte, évalué comme plus vulnérable qu’un autre pour qu’il soit hébergé par le 115 et par les Services Intégrés d’Accueil et d’Orientation (SIAO). Et pendant ce temps-là, d’autres personnes restent dehors et leur situation se dégrade encore davantage.

Sur l’ensemble du territoire national, des digues cèdent, dans ce qui est politiquement accepté, dans les pratiques sociales, nous rapprochant dangereusement du point de non-retour.

A titre d’exemple, aujourd’hui, à Paris, un enfant de plus de 3 mois ne peut plus être hébergé en urgence.

 La résorption du sans-abrisme est à portée de choix politique. La Fédération Nationale des Maraudes et Samu Sociaux en appelle à l’inscrire comme objectif politique, seule voie raisonnable à même de ressouder une cohésion sociale aujourd’hui entamée.

Projet de Loi de Finances 2024 – interpellation

A l’occasion du vote du projet de loi de finances 2024, la Fédération interpelle les députés sur  les crédits essentiels consacrés à l’hébergement, au logement et à l’accompagnement des personnes sans domicile.

Monsieur/ Madame le/la député.e,

Vous aurez prochainement à voter le projet de loi de finances (PLF) 2024. Face à la situation exceptionnelle de crise que traverse notre pays, se traduisant par le développement et l’aggravation sans précédent du sans abrisme, nous sollicitons votre attention pour que les crédits essentiels consacrés à l’hébergement, au logement et à l’accompagnement des personnes sans domicile (BOP 177, FNAP) soient à la hauteur des enjeux conjoncturels et structurels. Le droit au logement et à l’hébergement sont des droits fondamentaux, pour la défense desquels la France s’est engagée, via la ratification de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la Charte des Droits Fondamentaux…et droits nationaux dont l’Etat est garant en vertu du Code de l’Action Sociale et des Familles.

Notre Fédération représente plus de 250 équipes de maraudes et Samu sociaux à travers tout le territoire. Elles travaillent à la lutte contre les exclusions et contre le sans-abrisme, en faveur de l’accès au logement, et plus généralement, pour l’accès aux droits des personnes à la rue. Aujourd’hui, nous nous tournons vers vous car nous avons plus que jamais besoin de votre aide.

Sur le territoire national, 300 000 personnes sont actuellement privées de domicile et 4 millions sont mal logées, d’après la Fondation Abbé Pierre (FAP). Ces chiffres ont doublé en 10 ans. En dépit de la loi, ce sont donc des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants dont les droits les plus fondamentaux sont bafoués, les condamnant à la survie au quotidien. Nos équipes sont chaque jour témoins d’états de détresse et de désespoir extrêmes, matérialisation d’un contrat social entamé, étiolé.

L’augmentation du sans abrisme est la conséquence logique et structurelle de choix politiques dans différents champs de l’action publique (réduction des marges financières dans le secteur du logement social entrainant une baisse de la production, fermeture de lits dans les hôpitaux psychiatriques, conditions d’accueil dissuasives réservées aux personnes exilées en attente d’un titre de séjour…). Aujourd’hui, cette augmentation est telle qu’il est demandé, par les services déconcentrés de l’Etat, de procéder à des tris à la vulnérabilité pour valider l’accès à l’hébergement d’urgence. A titre d’exemple, à Paris, seules les familles avec des enfants de moins de 3 mois ont la possibilité d’être mises à l’abri actuellement.

Lire la suite

Le rapport d’activités 2022 est publié

Entre sortie de crise COVID, accueil des Ukrainiens, présence accrue d’enfants et de familles à la rue, réforme des SIAO, les enjeux de l’hébergement et du logement, la Fédération Nationale des Samu sociaux est restée mobilisée toute l’année 2022 dans les espaces de concertations avec les pouvoirs publics et entre associations ainsi que pour la collecte des informations permettant d’objectiver ses points de vue et plaidoyers. Ce rapport restitue les actions menées en 2022, conformément aux missions de la Fédération

Rapport d’activités FNSS_2022

 

Nouvelle présidence de la Fédération , Lettre de candidature de Maud Bigot

Suite à l’Assemblée Générale du 27 Juin, l’association ALYNEA a été élue à la présidence de la Fédération. Sa représentante, Maud Bigot, a  à cette occasion fait part de ses engagements et ambitions pour la fédération, dans sa présentation de candidature : 

“Je présente aujourd’hui la candidature d’ALYNEA pour le poste de président à la FNSS.
Cette candidature est moins la mienne que celle d’une association qui se prépare depuis 2 ans à assumer cette fonction au mieux de ses possibilités.
ALYNEA souhaite aujourd’hui se porter candidat pour assumer la responsabilité de président car a la conviction que la spécificité de la Fédération, autrement dit son ancrage aux réalités de terrain, lui donne une légitimité forte pour influer sur les politiques publiques nationales. Pour ALYNEA, le rôle de la Fédération s’articule autour de deux dimensions : le plaidoyer et l’outillage des équipes

Plaidoyer
Aujourd’hui plus que jamais, dans un contexte de crise, lié à la saturation des dispositifs
d’hébergement et du marché locatif accessible, il importe de repositionner la question du droit (à l’hébergement et au logement) au cœur des préoccupations des décideurs publics. La pénurie ne saurait justifier des logiques de tri et l’instrumentalisation déployées par des équipes mobiles à cet effet. Chaque jour, chaque nuit, les maraudeurs de France vont à la rencontre, de manière inconditionnelle, d’hommes, de femmes et d’enfants qui se trouvent à la rue parce que leur droit à l’hébergement/au logement est bafoué. La présence de la FNSS dans les instances de concertation nationales tient au refus que les maraudeurs soient les témoins silencieux de ces situations de non droit. Cette présence tient aussi à la volonté d’être le porte voie des personnes en non-recours, celles qui en sont venues à abandonner, ne plus demander, croire qu’il n’y a rien de possible pour elles, après avoir frappé en vain à des portes closes. C’est parce qu’il y a des personnes qui ne vont plus vers… que des équipes mobiles vont vers, premier maillon de la veille sociale. Encore faut-il avoir une réponse à apporter lorsqu’une personne en vient à nouveau à espérer…et une réponse adaptée.
La résorption du sans abrisme est à portée de choix politique. Elle passe par la production de logements accessibles, la régularisation de ménages aux droits incomplets et, dans l’attente, la création de places d’hébergement adaptées, permettant un accueil inconditionnel et continu, pour faire face aux besoins des territoires en tension. Dans cette perspective, la FNSS a la responsabilité de transformer l’impuissance de terrain en parole politique, au service des personnes concernées. Le travail d’observation sociale de la FNSS est au service de ce plaidoyer.

Lire la suite

Lancement de l’étude nationale maraudes et Samu Sociaux sur le sans-abrisme – Avril et Mai 2023

Dans le cadre de sa mission autour de l’animation et de la représentation des Samu sociaux et des maraudes, la Fédération nationale des Samu sociaux réalise cette année une étude nationale sur l’activité des maraudes et le sans-abrisme, dans la continuité de l’année précédente. Elle prendra la forme d’une collecte de données auprès des structures de terrain en avril et Mai 2023, à partir des données d’activité portant sur l’année 2022.

Cette étude est à destination de toutes les équipes mobiles, maraudes et Samu sociaux en France métropolitaine et dans les DOM. N’hésitez pas à diffuser largement les informations qui suivent à toutes les équipes mobiles partenaires sur votre territoire.

L’étude et ses objectifs

Les maraudes et les Samu sociaux jouent un rôle déterminant dans la prise en charge des personnes sans abri, pour aller vers les personnes à la rue et initier un parcours d’insertion. Leurs actions et leurs missions nécessitent d’être mieux valorisées. Trop peu d’enquêtes exhaustives et qualitatives sont réalisées pour comprendre la situation et la prise en charge des personnes sans-abris.

A périmètre national, cette étude a pour objectif de changer les représentations autour du sans-abrisme dans la société et de donner les clés aux décideurs qui détiennent la gouvernance des moyens de lutter contre.

L’étude s’adresse à toutes les maraudes et Samu sociaux de France Métropolitaine et des DOM, quelle que soit la composition des équipes (intervenant·e·s sociaux·les, intervenant·e·s médicaux·les, bénévoles, etc.).

Cette étude vise à :

  • Donner de la visibilité sur l’activité des maraudes et les publics qu’elles rencontrent, en valoriser le travail de collecte de données tout au long de leur activité.
  • Disposer d’éléments de connaissance sur le profil des personnes à la rue rencontrées par les maraudes, leurs parcours, leurs demandes, et les réponses qui leur sont apportées.
  • Consolider l’observation sociale pour améliorer qualitativement les dispositifs de prise en charge des personnes à la rue.

L’étude nationale maraude a été menée en 2020 et 2021 sous la forme d’enquête flash auprès des ménages rencontrés lors de deux journées fixées. Depuis, une démultiplication des enquêtes de ce type a été constatée, entraînant une baisse de participation des structures. Dans ce cadre, la Fédération a réalisé un allègement des modalités de réalisation de l’enquête.

La forme de l’étude

Ainsi, depuis 2022, les structures collectent de nombreuses informations au long cours, sur leurs activités et les personnes qu’elles rencontrent, accumulant ainsi un savoir riche et une connaissance très fine du terrain. Comme en 2022, la volonté de l’étude nationale maraudes 2023 est d’exploiter cette richesse au niveau national, permettant de valoriser le travail des maraudes et de se rapprocher du rythme du terrain pour obtenir des données plus fiables que lors d’enquêtes flash.

En parallèle, outre les données qualitatives, nous souhaitons proposer des focus territoriaux et thématiques au sein de l’étude. Nous vous remercions de nous transmettre vos propositions (sur un format d’une à deux pages maximum). Il s’agit de mettre en avant une pratique spécifique ou une problématique concernant un sujet, un public particulièrement sensible sur votre territoire.

Le remplissage de l’étude

Une liste d’indicateurs a été dressée, selon deux axes : les activités des équipes de maraudes, et les profils des personnes rencontrées. Ces indicateurs doivent être remplis directement sur la grille ci dessous, à partir des données collectées pendant l’année 2022:

ENM 2023_Grille_Enquête

Pour réellement mettre à profit le savoir disponible grâce aux acteurs de terrain, il est crucial que la Fédération puisse obtenir le plus de réponses possibles des structures de Samu sociaux et maraudes. En effet, l’ambition est de construire un état des lieux des activités des maraudes et de la situation des personnes à la rue au niveau national, uniquement grâce aux données collectées. Seules vos réponses pourront assurer que cet état des lieux soit riche et complet, nécessaires pour in fine consolider le plaidoyer de la Fédération et améliorer les dispositifs de prise en charge.

Contact

Nous avons pris en considération les différentes recommandations issues de la précédente enquête. Toutefois, il est toujours aussi crucial que nous puissions travailler conjointement à la construction et au remplissage de cette grille. Il est important d’échanger avec vous à propos des aspects méthodologiques et d’éventuelles informations contextuelles accompagnant les indicateurs. Vous pouvez contacter Boutroy Tristan, stagiaire chargé d’études à la Fédération nationale des Samu sociaux : chargedemissionFNSS@federationsolidarite.org

Merci de nous retourner la grille complétée avant le 29/05/2023.

Publication de l’étude nationale maraudes 2022

La FNSS publie l’enquête nationale maraudes 2022. Cette étude, fruit de la capitalisation de données d’activité collectées sur les différents territoires, donne à voir le profil des maraudes existantes ainsi que des grandes données relatives aux publics rencontrés par les équipes. 141 équipes ont participé à cette étude.

Ainsi, en 2021, les maraudes et Samu Sociaux de France ayant répondu à cette enquête sont entrés en contact à 545 821 reprises avec des personnes à la rue. Elles ont rencontré plus de 72 000 personnes différentes. 

Les maraudes professionnelles proposent un accompagnement plus soutenu aux personnes qui ne « demandent plus rien », souvent après s’être découragées. Face à une massification des personnes à la rue, elles doivent nécessairement être renforcées.

Dans les préconisations liées à l’enquête, la FNSS rappelle aussi que la lutte contre le sans abrisme passe en premier lieu par la création de logements accessibles. Ces logements font aujourd’hui défaut dans la plupart des grandes villes de France, faute de politique ambitieuse en ce sens. A défaut, il importe d’augmenter le parc d’hébergement, à la hauteur des besoins.

Le sans abrisme est en outre intrinsèquement lié à la gestion d’autres politiques publiques : fermetures de lits en hôpitaux psychiatriques, fin de prise en charge des dispositifs d’aide sociale à l’enfance, accès aux procédures de régularisation… Les Maraudes et Samu Sociaux ne sauraient être les témoins silencieux de ces situations insoutenables.

A l’heure des premiers froids, la FNSS ne peut donc pas se contenter d’annonces et d’intentions. En 2018, le Président Macron avait déclaré «je veux que nous puissions apporter un toit à toutes celles et ceux qui sont aujourd’hui sans abri ». En octobre 2022, le Ministre délégué chargé du logement Olivier Klein a réduit cet objectif aux seuls enfants, exigeant qu’il n’y ait plus d’enfant à la rue. Aujourd’hui, cet objectif n’est pas atteint et les maraudeurs laissent à la rue des milliers de personnes en proie au froid, à la peur et au désespoir.

Cette étude est l’écho de ces détresses face auxquelles les équipes sont impuissantes. Elle se veut une invitation forte à agir, au nom de la parole publique, du pacte républicain.

Publication du rapport d’activité 2021 de la FNSS

La Fédération Nationale des Samu sociaux (FNSS) publie son rapport d’activité 2021. Comme les années précédentes, ce rapport a pour objectif d’actualiser les informations relatives aux valeurs, aux objectifs et aux missions de la Fédération.

Ce document est également l’occasion de faire le bilan sur les actions menées en 2021, année marquée par la poursuite de la crise sanitaire, mais également par la mise en œuvre du service public de la rue au logement. Ce bilan porte notamment sur l’animation du réseau, les relations partenariales, la diffusion du référentiel maraudes et Samu sociaux et l’observation sociale.

Enfin, le rapport d’activité revient sur les perspectives pour l’année 2022, alors que de nouveaux défis s’imposent aux acteurs de la veille sociale du fait de la guerre en Ukraine notamment, mais aussi de la poursuite de la crise sanitaire.

PUBLICATION DES RÉSULTATS DE L’ÉTUDE NATIONALE MARAUDES DE JUIN 2021 !

Dans la continuité des travaux menés en 2020 et de l’Étude Nationale Maraudes de janvier 2021, la Fédération Nationale des Samu Sociaux (FNSS) et la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS) ont réalisé avec l’appui des équipes mobiles une enquête nationale sur le sans-abrisme les 22 et 23 juin 2021. Cette seconde enquête en 2021 avait pour objectif de compléter la première étude réalisée les 12 et 13 janvier 2021, en apportant des éléments qualitatifs sur des sujets spécifiques (domiciliation, expulsion…) et en approfondissant la recherche sur les effets de la crise sanitaire pour les ménages et les équipes de maraudes.

L’étude a été adressée à tous les Samu sociaux et toutes les maraudes de France métropolitaine et des DOM, quelle que soit la composition des équipes. Elle a recueilli la participation de 21 structures, qui ont administré 290 questionnaires auprès des ménages rencontrés. Cette diminution du nombre de structures participantes (qui étaient 63 en janvier pour 755 questionnaires remplis) interroge la FNSS sur la sollicitation des Samu Sociaux et des maraudes, appelés par ailleurs à participer de plus en plus souvent à des opérations d’observation sociale.

Les résultats de cette enquête doivent donc être lus en complément à ceux de janvier, les données pouvant être comparées puisque les caractéristiques des ménages rencontrés sont similaires. Les conclusions de l’enquête de janvier ont été confirmées :

  • Une majorité d’hommes isolés âgés de 25 à 45 ans
  • Le non-recours au 115 toujours particulièrement important et la saturation du dispositif d’hébergement d’urgence
  • Des difficultés plus importantes, notamment pour s’alimenter, pour les jeunes et les personnes nouvellement en errance

Par ailleurs, des éclairages ont été apportés sur des sujets spécifiques :

  • L’impact de la crise sanitaire, avec un ménage sur 10 qui a déclaré souffrir d’un impact psychique, addictologique ou somatique. 6% des ménages rencontrés ont déclaré être en situation de rue à cause de la crise sanitaire
  • La majorité des équipes ont mis en place de mesures spécifiques liées à la crise sanitaire (actions sanitaires, hygiène, distributions alimentaires, modification des horaires)
  • 74% des ménages interrogés sont domiciliés, sans corrélation avec le temps d’errance.

Au regard de ces conclusions, il importe d’agir pour continuer à lutter contre le non-recours et accompagner les ménages rencontrés dans l’accès à l’hébergement, aux droits, et à la santé. L’enquête réaffirme et actualise les préconisations portées par la FNSS et la FAS en matière de lutte contre le sans-abrisme, d’accès aux droits, et de renforcement des équipes de maraudes et de veille sociale en général.  

La FNSS et la FAS remercient sincèrement l’ensemble des équipes des Samu Sociaux et maraudes qui ont participé et donné du temps à cette étude.

Retrouvez l’enquête de janvier 2021 et la synthèse des résultats de juin 2021 ci-dessous:

Cliquez ici pour lire la synthèse de l’étude nationale maraudes et Samu Sociaux sur le sans-abrisme. 

Par ailleurs, retrouvez sur ce lien la version complète de l’étude de janvier 2021.

 

 

PUBLICATION DE L’ÉTUDE NATIONALE MARAUDES 2021 !

Dans la continuité des travaux menés en 2020, la Fédération Nationale des Samu Sociaux (FNSS) et la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS) ont lancé avec l’appui des équipes mobiles une étude nationale des besoins sur le sans-abrisme les 12 et 13 janvier 2021. Cette étude avait notamment pour objectifs de changer les représentations autour du sans-abrisme dans la société et donner des clés aux décideurs qui détiennent la gouvernance des moyens de lutter contre. Il s’agissait également de mener une étude comparative par rapport aux résultats de l’étude de 2020 et de développer une nouvelle thématique sur les impacts de la crise sanitaire tant sur les équipes que sur les personnes sans-abri.

L’étude s’est adressée à tous les Samu sociaux et toutes maraudes de France métropolitaine et des DOM, quelle que soit la composition des équipes. Elle a recueilli la participation de 63 structures, représentant 74 équipes réparties sur 39 départements et 12 régions qui ont administré 755 questionnaires auprès des ménages rencontrés :

Lire la suite

Page 1 sur 4

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén